oeufs des pouloches au lait 001-  

En l'hommage à mes petites poules disparues et avec leurs derniers œufs blancs (il m'en reste encore) je vous propose une recette d'antan qui perdure et que l'on apprécie toujours autant à condition d'incorporer de bons produits. J'ai découvert cet entremets lors de mes week-end à la campagne, petite, et comme toute bonne chose j'en garde un excellent souvenir en goût par rapport à ceux que j'ai pu acheter dans le commerce. 

A la fin de la recette je vous parlerai de la disparition de mes peluches à deux pattes. 

Je vous souhaite de bonnes fêtes de pâques, de bonnes recherches de cocos au jardin et comme pour moi, de bons chocolats à déguster, entre-autres. Joyeuses Pâques !

 oeufs de mes pouloches au lait cru 016 

Pour 6 contenants :

½ litre de lait cru ou frais

4 œufs (de mes pouloches Nègre Soie disparues tragiquement) ou 3 gros ultra frais ou bio

1 sachet de sucre vanillé naturel pas d'arôme vanillé

 

oeufs des pouloches au lait 002 oeufs des pouloches au lait 004 oeufs des pouloches au lait 008  

Fouetter le sucre vanillé et les œufs assez longtemps comme pour la génoise (fait au robot pâtissier).

Pendant ce temps chauffer le lait et le couler petit à petit sur les œufs tout en remuant. 

Verser dans les contenants placés dans un plat allant au four et rempli de 2 verres d'eau pour le bain-marie. Cuire 25 min environ à 180°. 

oeufs des pouloches au lait 004- 

oeufs de mes pouloches au lait cru 012 

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

^^^^^^^^^^^^

Adieu mes peluches nègre soie 

Il existe des périodes dans la vie où celle-ci ne vous sourit pas sur certains points, en l'occurrence pour moi ce début d'année par la disparition tragique de maman, et récemment celle de 4 petites boules de bonheur à deux pattes et en même temps. Dur dur d'avancer parfois quand on aime, que ce soit humain ou/et animaux, comme on dit quand on aime on ne compte pas, à savoir qu'un animal apporte beaucoup à l'humain. 

Ce vendredi 7 avril mon mari est allé ouvrir les poulaillers dont celui des petites Nègre Soie comme chaque matin. La stupeur lui a été de voir l'horreur des poules allongées au milieu du béton, sans vie mordues au cou, alors hermine, furet, vison..., à cause des trous. Ces prédateurs passent partout et pourtant ce poulailler est bétonné au sol et en parpaings justement pour éviter les prédateurs. Le soir elles rentraient se percher ou dormir dans leur cageot et mon mari fermait la porte. 

De vraies petites boules de peluche qu'on pouvait attraper hormis la blanche, Coquette, qui était plus sauvage mais tout aussi mignonne. La plus maline était Caquète préférée de Papoune, la marron qui se laissait caresser, à qui on pouvait faire de gros bisous, elle nous parlait et tenait une conversation, incroyable mais vrai, elle nous suivait partout ! La Noirette qui a eu du mal à démarrer (reportage sur mon blog) élevée toute petite à la cuillère et à la main. Ma Grisette, oh ma chouchoute, la pauvre minine était en partie aveugle (achetée ainsi) savait s'y retrouver, elle attendait que Papoune mette des graines à l'intérieur puis à l'extérieur et que les autres sortent et hop elle rentrait boutoter la coquinette. Jamais je ne me serais séparée de mes poules qu'elles pondent ou pas. Elles faisaient partie de notre vie comme des oiseaux mais pas en cage, en fait comme nos quatre pattes car une poule se domestique très bien. 

J'aime mes animaux qu'ils soient chien, chat, poule, lapin, poisson... Je les pleure à chaque disparition et ça me rend malade, c'est trop dur. 

Il reste mes 2 grosses poules de Marans, Cocodi et Cocoda, que j'ai depuis 7 ans, elles sont dans un poulailler en bois à part, heureusement... 

Je ne reprendrai pas de petites poules peluche, je pense que mon cœur a trop de chagrin pour les perdre à nouveau. Ce grand poulailler restera à jamais fermé tout au moins le temps que je vivrai dans cette maison. 

Adieu mes peluches, je vous ai aimées et vous nous avez apporté du bonheur, 1 an c'est trop court c'est bien dommage mais nous ne garderons que de merveilleux souvenirs. 

Je peux vous assurer que mes chiens sont vraiment malheureux car ils avaient l'habitude d'aller les voir dans le verger et là, plus rien, Isis à aboyer 3 fois l'air de dire : bon vous êtes où ? Et avec câlins je lui ai expliqué que les peluches n'étaient plus. Handy part en courant pour voir si elles sont revenues, c'est trop triste je vous assure !

 

adieu mes pouloches